[Avis] Le casse du continuum, de Léo Henry

Léo Henry m’intrigue. Deux nouvelles bizarroïdes lues dans le 74ème numéro de Bifrost, une interview fleuve passionnante, un blog un peu bordélique, une photo un peu flippante sur laquelle il s’affiche en compagnie d’un duo de petites blondes insipides, voilà à peu près tout ce que je connais de l’individu. Néanmoins, la conjonction de tous ces éléments a éveillé ma curiosité, si bien qu’en furetant dans les rayons d’un Cultura, j’ai fini par acheter « Le casse du continuum »Alors évidemment, l’auteur lui-même dit qu’il a conçu ce bouquin en tentant de faire des trucs différents de ce qu’il pondait habituellement, l’objectif étant de délivrer une histoire qui file à cent à l’heure sans laisser l’occasion au lecteur de reprendre son souffle. J’avais un peu peur. J’avais tort.

Quatrième de couverture

Ils sont sept. Les meilleurs dans leur domaine respectif : maniement d’explosifs, charisme, assassinat, braquage, séduction… Ils n’ont, a priori, rien en commun mais vont devoir mettre de côté leurs rivalités et s’associer pour une mission secrète insolite. En cas de succès, ils pourraient devenir les sauveurs de l’humanité tout entière. En cas d’échec : la mort ou pire encore. L’enjeu ? Réussir le casse du continuum.

Thriller de science-fiction convoquant tour à tour les souvenirs d’Ocean’s Eleven, de Ratinox, d’Inception, de James Bond et de bien d’autres, Le casse du continuum est l’occasion pour Léo Henry de laisser miroiter toutes les facettes de son talent : intelligence scénaristique, style affûté, imagination débordante, humour ravageur…

Ca passe ou ça casse

Le Casse du Continuum - Léo HenryVous avez envie d’un bouquin délirant qui pétarade, vous explose au nez et fait des galipettes à chaque page ? Alors foncez donc sur Le casse du continuum ! Parce ouais, il n’y a pas tortiller, l’objectif que s’était fixé Léo Henry est pleinement atteint. Emporté à toute berzingue par un style fluide, à base de phrases courtes, d’images furtives pourtant éminemment évocatrices, on découvre une galerie de personnages attachants et une aventure prenante où chaque situation est plus rocambolesque et désespérée que la précédente. Habilement construite, la narration est parfaite et permet de donner corps à bouquin limpide et flamboyant. Attention cependant, ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit, car si j’ai beaucoup apprécié Le casse du continuum, je suis bien conscient qu’il ne s’agit pas là d’un chef-d’oeuvre. Mais dans la grande et souvent moche famille des blockbusters qui pue qui pètent et des divertissements vite consommés, ce casse apparaît comme diablement futé et entraînant. Nul doute qu’après ce bon moment de lecture, je vais m’intéresser aux autres bouquins de Léo Henry.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s